Un massage interne libératoire

Inspir... Expir...  Inspir... Expir... La mécanique est bien rôdée, tellement bien qu'on s'en désintéresse parce qu'on a des choses bien plus importantes à faire que... respirer ! Et pourtant on ne peut s'en désintéresser plus d'une minute, quand l'air vient à manquer.

L'un de nos rythmes biologiques fondamentaux, la respiration s'adapte à notre activité physique et à ce titre est l'un des signaux de nos capacités et de nos limitations : je manque de souffle par ce que je suis malade, parce que je fume trop, je mange trop, je stresse trop... Mais c'est aussi le reflet fidèle de nos émotions : la respiration s'accélère quand on se met en colère... ou quand on tombe amoureux ; elle se calme quand le mental s'apaise.

Fonction involontaire (c'est pour cela qu'on peut si bien s'en désintéresser !), la respiration est aussi un fabuleux outil corporel à disposition de la volonté. Elle nous permet d'ouvrir des espaces à l'intérieur du corps, comme un massage interne que vous seul pouvez réaliser.

Et de "massage" en "massage", de libération en libération ces nouveaux espaces (re)deviennent naturels et investis spontanément par la fonction involontaire. Cela se fait alors presque tout seul...